Comme un empire dans un empire d’Alice Zeniter

Article du 26 septembre 2020

Elle nous désarçonne, Alice Zeniter, change de genre à chaque livre, nous avait ébloui il y a trois ans en racontant l’histoire de l’Algérie (l’Art de Perdre, prix Goncourt des lycéens 2017), en suivant le fil de sa saga familiale, celle de harkis en butte à toutes les promesses et toutes les trahisons. Cette normalienne surdouée de 34 ans, qui évoquait le stalinisme à travers le désastre hongrois dans « Sombre Dimanche« , prix du Livre Inter 2013), comme le combat contre le racisme dans « Jusque dans nos bras« , retrouve une verve militante, mais déroutante dans son nouvel opus. Sur près de quatre cent pages, elle narre la rencontre tardive ou plutôt les itinéraires croisés, quoique convergents, de deux trentenaires déboussolés par l’époque : Antoine, assistant parlementaire, ex élève de Sciences Po, désabusé par son faux métier et son drôle de combat, L., hackeuse de choc, dont on ne connaît que l’initiale, en passe d’être dévoilée, et qui se cache, tout en aidant les uns et les autres de demeurer libres et maîtres d’eux-mêmes, si c’est possible, dans la sphère internet, se réfugiant dans un squat du grand Ouest. C’est intelligent, parfois trop, audacieux, croulant parfois sous la documentation, mais finalement, riche d’enseignements sur notre époque sur-connectée. On ne s’ennuie jamais avec Miss Zeniter.

Comme un empire dans un empire d’Alice Zeniter (Flammarion, 394 pages, 21 €).

A propos de cet article

Publié le 26 septembre 2020 par
Catégorie : Livres Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !