Arcins : éternel Lion d’Or

Article du 16 septembre 2020

Michael Lemonnier © GP

Cette maison fameuse, qui figure, avec sa façade accorte, sa double salle bonhomme, ses casiers où les vignerons médocains possèdent leurs propres flacons, entreposés à leur usage et celui de leurs invités, figure une sorte de QG pas si secret que ça des gens d’ici. On la connut, bien sûr, à l’époque du légendaire Jean-Paul Barbier, grande gueule de la presqu’ile, haute figure de la gourmandise girondine. L’homme avait de la faconde, de la culture, donnant une âme à sa demeure.

Le grenier médocain © Maurice Rougemont

Michaël Lemonnier, qui a travaillé au Laurent avec Alain Pégouret et au Relais Louis XIII avec Manuel Martinez, avant Bordeaux au Chapon Fin et à  l’Oiseau Bleu, puis, dans le Médoc, à Cordeillan-Bages, a repris le flambeau ici même après avoir oeuvré huit ans avec le père Barbier. Transmission dont il tire à l’évidence une véritable légitimité. De fait, si la carte évolue, elle prend soin de se ranger dans le droit fil de la tradition.

Les sardines marinées aux piquillos © GP

D’où cette assiette de charcuterie locale avec le traditionnel grenier médocain et la terrine de campagne, les sardines marinées servies avec les piquillos, le chèvre « doux » avec ses betteraves, la langue de boeuf ou la tête de veau en ravigote, le merlu de ligne aux courgettes, le turbot sauvage sauce bordelaise, la belle pièce de boeuf à l’échalote ou le carré d’agneau dans son jus à l’ail doux qui constituent des plats de bon sens. On achève sur un café liégois ou un rêve de Lindsay (cage caramel aux fruits rouges) en saluant a compagnie.

La façade © GP

Le Lion d’Or

11, rte de Pauillac
33460 Arcins en Médoc
Tél. 05 56 58 96 79
Fermeture hebdo. : dim., lundi.
Menus : 19 (formule déj.) €
Carte : 45-75€

A propos de cet article

Publié le 16 septembre 2020 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !