Relisez « Croque en Bouche »!

Article du 8 mai 2020

Voilà sans le doute le plus joli livre écrit sur un chef, ses habitudes, sa vie quotidienne, ses manies, sa clientèle, ses amis. Fanny Deschamps (1920-2000), à qui on doit la Bougainvillée (paru en deux tomes, « le Jardin du Roi » et « Quatre Epices », tous deux en 1982, a offert à son neveu Alain Chapel, le mage et le sage de Mionnay (Ain/Rhône-Alpes), une sorte de stèle en forme de chef d’oeuvre discret. L’ouvrage date de 1976 et raconte de façon enchantée une semaine de plaisir dans la Dombes, à la table trois fois étoilée et tant révérée du grand Alain, entre grenouilles et pâté en croûte, fritures et salade de foies blonds, gorge de pigeon et poularde en vessie, tarte au sucre et œufs aux pralines roses.

La bande à Bocuse, les amis du grand Paul, Bobosse, Jean Ducloux, la mère Odette, la rue de Bonnel, le Lyon des gones, mais aussi le voisin Blanc et la Bresse pure, celle des Miéral, irréductible ayatollah de la volaille, y ont leur place. Il est question d’un curé gourmand. D’un verre de pouilly-sur-loire qui accompagne si bien quelques ablettes de Saône ou des goujons, des friandises qui collent au palais et qu’on croque comme on se joue. Voilà un livre comme échappé de la commedia dell’arte, un pur bonheur du jour, celui de manger, de vagabonder et de lire. Le portrait de Michel Guérard (« le Christophe Colomb de l’oeuf  – au caviar –« ), vaut à lui seul (page 283) la lecture à haute voix de ce récit hors pair. C’est drôle, désopilant, follement gourmand, mais rigoureux en diable, comme l’était Alain Chapel. Un chef d’oeuvre, on vous dit. A lire et à relire sans se lasser…

Croque-en-Bouche de Fanny Deschamps (Albin Michel, 298 pages, 19,50 €).

A propos de cet article

Publié le 8 mai 2020 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !