Le plaidoyer pour le vin de Bordeaux de Jean-Louis Schilling

Article du 2 avril 2020

Un éloge raisonné par ordre alphabétique comme un dictionnaire amoureux, une histoire, une somme, un suite de portraits, d’anecdotes, d’informations, de notations savoureuses et justes: il y a tout cela dans ce qui est davantage que le livre d’un connaisseur – un acte de science et d’amour. Jean-Louis Schilling, diplômé de la faculté d’œnologie de Bordeaux et conseil en stratégie de développement, raconte le bordelais du vin, celui de l’histoire et des coulisses, son bouquet, sa couleur, ses cépages, sa chimie, ses magiciens, les digressions sur les Rolland ou les Derenoncourt, qui ressemblent, bien sûr, à des plaidoyers (surtout pour le premier, s’agissant de faire le contre-portrait de celui dressé par Jonathan Nossiter dans Mondovino), de Denis Dubourdieu à Emile Peynaud, et vice-versa, sans omettre les grands châteaux ou les moins connus, avec de savoureux passages sur le « bad boy » Thunevin, les méconnus Castel ou Decelle, le coup de coeur pour Haut-Bailly, les dates qui comptent, les questions qu’on se pose légitimement sur le bordeaux et auxquelles l’œnologie, seule, ne peut répondre: voilà ce qui s’offre ici, avec un sens de l’équilibre certain. Bref, voilà un bel ouvrage à lire, relire, goûter, humer et savourer en temps de confinement. Et auquel, bien sûr, on pourra revenir, après, bien après…

Eloge immodéré du vin de Bordeaux par Jean-Louis Schilling (Philippe Rey, 365 pages, 20 €.).

A propos de cet article

Publié le 2 avril 2020 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !