3

Drouant

« Paris 2e : l’aggiornamento de Drouant »

Article du 29 décembre 2019

Antoine Petrus devant Drouant © GP

Nouveau décor, beau, frais, jaune, marron, lumineux, de brasserie chic, à la fois moderne et ancienne, ludique et intemporelle, signée du duo de designers, Fabrizio Casiraghi et Franck Durand, nouveau style gourmand, instillé par la collaboration du chef en titre Emile Cotte et du conseiller culinaire expert, le deux étoiles MOF des Crayères, Philippe Mille, plus la carte ds vins immense et prolifique, notamment, en vallée du Rhône, signée du MOF, en sommellerie et salle, Antoine Petrus : c’est le nouveau Drouant de la famille Gardinier qui vient de rouvrir en beauté avec l’escalier Art Déco et les poissons sculptés au plafond signés Rulhmann. Un lieu magique et parisien, savoureux et raffiné.

Le décor © GP

Au menu, des assiettes fines, vives, généreuses, exquises, liant tradition et modernité avec malice: tourteau avec sa royale de céleri au paprika fumé, chou fleur rôti avec son écume au lait d’épeautre, câpres, éclats de noisettes, pâté en croûte aux trois viandes, canard et champignons bruns émincés au chou vert et jus de civet ou encore vol au vent cardinal de homard et ris de veau font bien et juste, sur un mode classique rajeuni.

Le chou-fleur © GP

On y ajoute le joli couplet sur le thème des Saint Jacques en viennoise aux oignons doux avec leur infusion de parmesan ou encore du filet de bœuf et de ses pommes Pont Neuf, la fort belle carte des vins, d’où l’on extrait le frais viognier du domaine Lombard et le riche et séducteur cornas Jouvet de François Villard, qui font des accompagnements de classe. Les desserts sont dans le ton, avec le soufflé au chocolat avec sa glace à la fève de Tonka, les madeleines dites de « Proust » avec sa sauce chocolat chaud et sa crème chiboust.

Le canard © GP

On boit là dessus le rasteau doux du domaine des Escravailles qui se marie joliment avec le chef d’oeuvre du moment : de fines arlettes feuilletées avec sa crème fouettée à la vanille et son caramel au beurre salé. Mais le soufflé chaud au chocolat vaut également le coup de fourchette. Vive Drouant rénové!

Le soufflé © GP

Drouant

16/18 place Gaillon
Paris 2e
Tél. 01 42 65 15 16
Menus : 46 (déj.), 59 (dîn.) €
Carte : 70-120 €
Horaires : 12h-14h30, 19h-minuit
Fermeture hebdo. : Ouvert tous les jours
Métro(s) proche(s) : Quatre-Septembre, Pyramides
Site: www.drouant.com

Drouant” : 3 avis

  • Emmanuel Krivine

    On aimait beaucoup avant:la diversité des plats,le côté bon enfant,la dualité »snobisme du Goncourt/simplicité du Rez de Chaussée »etc; On était des fidèles.
    On est passé du charme au classieux:Rénové intelligemment et avec goût du Beau,respect de la Culture du lieu,
    cuisine plus gastronomique sans ostentation, en accord avec l’ambiance.
    Aussi,la joie de retrouver Hamid, »Maître d’Ho » stylé et combien subtil,avec sa présence attentive!
    Avec Antoine Pétrus patronant tout cela,on est est tranquille pour la suite!
    Et un immense MERCI pour avoir enlevé ce bar trop marqué,me semble t’il ?!
    Enfin ,un groupe « hôtelier »français avec du goût .C’était donc possible!
    Il m’a toujours semblé qu’on pourrait plaire au nouveau riche sans se prosterner devant son « goût »?
    Les différentes maisons des frères G le prouvent.
    Bravo et Merci,
    E.Krivine

  • Bouchez

    Un peu de renouveau..ça m’ attire me donne envie …

  • Bourrer

    D’après ce que j’ai vu en y regardant de près en passant après les travaux, cela fait très cantine comme disposition de tables et même pas de nappes blanches sur les tables. Cela m’enlève l’envie d’y retourner.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Drouant