Fès : un dimanche dans la medina

Article du 1 décembre 2019

Chez le marchand d’olives © GP

Elle était, elle est toujours, la plus ancienne médina du Maroc. La plus vaste aussi – 5 fois celle de Marrakech -, avec ses 90 km de ruelles qu’on parcourt comme si l’on découvrait le pays des Mille et Une nuits. Après 2h40 d’avion depuis Orly Sud (Transavia, la RAM) ou Roissy3 (Air Arabia Maroc), voilà le plus fort rapport distance/dépaysement qui soit. 13385 habitations particulières, 9600 ateliers d’artisans, 3500 puits, 185 mosquées que l’on ne fait qu’approcher, mais qui dès l’entrée, sous des voûtes blanches, comme la Karayouine qui évoque Cordoue, font le coup du charme. L’éblouissement de Fès naît au souk des tanneurs ou dans une médersa, comme Attarine, dans une cour aux murs ornés de zelliges, vite bondée de touristes.

Les brodeuses © GP

Mais il n’y a pas la mer comme à Agadir, Essouira ou Casa. Ni les soirées mondaines et le folklore de Jemaa el Fna, comme à Marrakech. Fès se contente d’être elle-même, avec sa ville ancienne, Fès el Bali, qu’on a balisé avec des panneaux bleus et des tableaux explicatifs servant de points de repères pédagogiques. Ou encore Fès el Jedid, « la nouvelle », mais qui date du XIIIe, où le palais royal jouxte le mellah, la synagogue, le cimetière juif aux tombes repeintes en blanc. La nouveauté, c’est que Fès, qui cacha souvent sa qualité de capitale gourmande, où l’on vient découvrir, d’un riad l’autre, la mourouzia, le poulet Beldi, le jarret de veau Makfoul, l’épaule d’agneau M’hammer, la filalia aux mille trous, vaut d’abord pour une visite flâneuse, buissonnière de sa medina magique.

Mohammed au Flamingo © GP

On fera là ses courses aux épices (chez Zaouia, où l’on reviendra), on admirera le travail des femmes à la broderie pour des nappes choisies et on ira déjeuner d’une kefta exquise, cuite d’abord devant vous par le jeune Mohammed au snack Flamingo, avant de la déguster en sandwich, façon street food, mais sur place, avec du piment en poudre à saupoudrer parcimonieusement. Et on s’en dira visiter le souk des tanneurs si coloré en se frottant le nez de menthe Nana. Magique Fès!

Vue sur la vieille ville depuis la medersa © GP

A propos de cet article

Publié le 1 décembre 2019 par
Catégorie : Produits, Voyages Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !