1

Monaco : embarquement immédiat pour Gaia

Article du 23 septembre 2019

Izu Ani © DR

Une table exotique qui fait frémir les papilles du tout Monaco : notre correspondant de la Côte d’Azur, Alain Angenost est au rendez-vous. Il nous dit tout…

Sara, Orestis, Jérémy, Nicolas et Julie © AA

Gaia est la déesse de la Terre au sens large. C’est aussi le nom qu’a choisi le chef Izu Ani, renommé à Dubaï, (La Petite Maison, La Serre, Bistro & Boulangerie, là-bas, S’wich, c’est lui) lorsqu’il il a créé en octobre 2018 un nouveau concept de taverne contemporaine alliant la cuisine hellénique fusionnée intelligemment entre passé et présent. D’origine nigérienne et ayant grandi à Londres, il s’est formé chez Phil Howard chef doublement étoilé du Square, Mayfair. Celui-ci a été un de ses mentors comme Marc Haeberlin en Alsace, et Jacques Chibois à Grasse. Ce dernier l’ayant envoyé à l’époque à Santorin, c’est là-bas qu’il put s’imprégner de la cuisine locale et s’en souvenir à bon escient.

Palourdes à la sauce tomate, feta et ouzo © AA

Fort du succès rencontré à Dubaï, c’est à Monaco, dans la Galerie Charles III, qu’il a installé le second établissement dont sa collaboratrice Sara Larabi gère le label qui va sûrement en engendre d’autres avec en vue des destinations à fort potentiel. Depuis le seize août dernier les Monégasques et les autres ont vite adopté les lieux séduits par son agencement largement fleuri, son bar cosy, sa salle avec le comptoir central où est exposé la pêche du jour et la terrasse couverte prise d’assaut de soir en soir et surtout sa cuisine dépaysante et originale.

Rouget en feuille de vigne © AA

Familiale et lisible, celle-ci est élaborée avec des produits ultra-frais, et servie par un personnel stylé, bienveillant et prévenant, emmené par Jérémie Vacher assisté de la belle Julie, le tout dans une ambiance décontractée et festive. Le chef Orestis Kotefas, au côté d’Izu Ani depuis neuf ans, n’a pas besoin de bouzouki pour faire chanter la cuisine de ses racines. Dans sa partition gourmande riche en produits marins, l’assiette de bienvenue en sera le prélude et la feta une de solistes, dans la salade grecque, tomates, et olives marinées maison, dans les palourdes à la sauce tomate, et ouzo et aussi vieillie en fût de chêne et cuite au four, miel et mixe de noix.

Féta au four, vieillie en fût de chêne, miel et noix © AA

Ne pas trop abuser du pain pita tout droit sorti du four et de l’huile d’olive grecque d’Izu Ani pour pouvoir bien apprécier les régals suivants  : carpaccio de daurade entière et sa sélection de sauces, truffe, citron et mandarine, rouget en feuille de vigne, côtelettes d’agneau, pain pita et tzatziki (yaourt grec, ail, concombre, huile d’olive). Parmi l’éventail de desserts grecs traditionnels proposés, le mille-feuille filo (mince pâte feuilletée méditerranéenne) et le cheese-cake Gaia se dégustent avec plaisir. Le sommelier anglo-grec Nicolas Bosley aura choisi un Thymiopoulos Terre et Ciel 2016, élégant vin grec biodynamique au fruité rappelant le pinot noir bourguignon. Dionysos aurait sûrement apprécié. Alors, comme l’on dit en Grèce : kali orexi !

Mille feuille Filo © AA

Gaia

15 galerie Charles III

98000 Monaco

Tel. +377 99 99 09 69

Carte : 75-125 €

Fermeture hebdomadaire : Lundi

A propos de cet article

Publié le 23 septembre 2019 par
Catégorie : Restaurants Tags :

Monaco : embarquement immédiat pour Gaia” : 1 avis

  • Mimi

    I have to say that Gaia Monaco blew me away. The generosity of Chef Izu could be felt in every bite. The lobster linguini was divine, the amuse-bouche with raw tuna with olive oil named Théo was delightful. The ambiance and location of the restaurant is making a great difference in the Monté Carlo scene. Must go! Thanks to all the team for their warm & professional hospitality.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !