Tout le bleu du ciel de Melissa Da Costa

Article du 23 avril 2019

649 pages qui s’avalent d’une traite sur un sujet difficile :  le road movie d’Emile et Joanne dans les paysages splendides des Pyrénées, une fuite vers la sagesse, une lutte au-delà de la mort, un combat pour une vie qui se gagne et se prolonge. C’est le premier roman de Mélissa Da Costa. Une réussite cinglante. Cela serait mieux encore sans l’excès de citations de Paulo Coelho, comme si cette jeune auteur douée de 28 ans avait besoin de béquilles littéraires pour affirmer sa marque. Voilà pourtant un livre qui tient tout seul. Le propos? Un jeune homme atteint d’un Alzheimer précoce décide de quitter sa bonne ville de Roanne et la civilisation urbaine pour gagner sérénité, sagesse, droit au sud, vers les montagnes pyrénéennes et la mer. Il emmène lui, dans sa quête, et son camping-car, une mystérieuse jeune femme gagnée à sa cause après la parution d’une petite annonce. Tous deux vogueront vers une neuve destinée, feront des rencontres rares. On ne dévoilera pas les ressorts de ce thriller « feel good« , rédigé avec sûreté et sobriété, qui mène vers la reconnaissance d’autrui. Notons, qu’il y est question tout de même d’un enfant autiste, de rapports difficiles entre les familles, de marche, de randonnée, de vieillesse, de bonheur bien sûr, et de vie après la mort, et surtout de sérénité et grand air. Voilà un roman libre qui fait du bien.

Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa (Carnets Nord, 649 pages, 21 €).

A propos de cet article

Publié le 23 avril 2019 par
Catégorie : Livres, Non classé Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !