Le Cannet : Saint-Sauveur, bistrot bonheur

Article du 9 janvier 2019

Nacime Ayed et Claude Sutter © AA

On vous a parlé plusieurs fois de Claude Sutter et de son Bistrot Saint-Sauveur. Les voilà à nouveau sous les feux de la rampe, avec l’éclairage de notre correspondant de la Côte d’Azur, le toujours fringant Alain Angenost… Bonne année à tous!

Morilles, œuf poché et poireau © AA

Pour démarrer la nouvelle année d’un bon pied et de bonne humeur, retour au Bistrot Saint Sauveur. Au cœur du Vieux-Cannet, quartier historique de la ville, cette rue Saint-Sauveur, avec ses petites échoppes et sa fresque dédiée aux amoureux de Peynet, pourrait être le décor d’un film romantique. Depuis sept ans déjà, avec une régularité exemplaire, Claude Sutter et son complice de salle, Nacime Ayed, régalent une clientèle d’une fidélité à toute épreuve.

Lentilles vertes du Puy, homard et chorizo © AA

Claude est un chef que l’on a envie d’avoir aussi à table tant sa sincérité emplie de belles valeurs réchauffe le cœur. Chaque jour qui passe lui  fournit l’occasion de faire plaisir à tous. Dans son petit théâtre gourmand, l’atmosphère est chaleureuse et les assiettes fort savoureuses. Il suffit de goûter la salade de lentilles vertes du Puy au homard et chorizo, sauce au raifort accompagnée de sa salade sauvage de chez Antoine du Marché Forville ou encore les exquises morilles au vin jaune et œuf poché, posées dans un triangle de poireaux, pour s’en convaincre.

Filet de daurade au fenouil confit © AA

Le filet de daurade au fenouil confit, sauce curry, gingembre, estragon puis les figues tièdes au vin rouge, jus de mandarine, pain d’épice et glace verveine concluent le repas tout en légèreté. Ils font un délicieux résumé du joli tour de main de cet ex étoilé, natif de Phalsbourg, à la rigueur toute alsaco-lorraine, formé jadis chez Roland Richert au Erckmann-Chatrian, avant Emile Jung et le Crocodile à Strasbourg, Gérard Boyer aux Crayères à Reims et Michel Guérard à Eugénie-les-Bains, qu’on connut jadis à la Barrière de la Wantzenau en proche banlieue strasbourgeoise.

Figues tièdes au vin rouge, pain d’epice et glace © AA

La légèreté étant de mise après les fêtes de fin d’année, Nacime vous déniche un saumur champigny 2013 les Poyeux  d’Antoine Sanzay, issu de la cave vitrine, élément décoratif phare du restaurant, qui passe comme un élixir de jouvence. Pas besoin d’une ordonnance médicale pour soigner son spleen. Il disparaîtra tout simplement quand vous irez vous attabler au Bistrot Saint Sauveur. Essayez, mais réservez, les tables sont comptées ! Bientôt, option-terrasse.

En salle © AA

Le Bistrot Saint-Sauveur

87 rue Saint-Sauveur

06110 le Cannet

Tél. : 04 93 94 42 03

Menus : 19,50 (formule déj.), 24,50 (formule déj.), 28,50 € (déj. sauf w.e et jrs fériés), 33, 38 €

Carte : 47 €

Horaires : 12h-15h, 19h-23h

Fermeture hebdo. : Lundi, dimanche soir

Site: www.bistrotsaintsauveur.fr

A propos de cet article

Publié le 9 janvier 2019 par
Catégorie : Coups de coeur, Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !