Le Cerf

« Marlenheim : la nouvelle donne du Cerf »

Article du 21 juillet 2018

Audrey, Clara, Pascal, Melina © GP

Cette maison quasi-centenaire, qu’on voit évoluer à vitesse grand V, joue l’Alsace rajeunie, sans perdre le sens des traditions. Michel Husser, dont le beau-frère, Dominique Le Stanc, tient la Meranda niçoise, mena longtemps ici une carte alsacienne en deux temps : mi-provençale, mi-régionale côté Alsace. Joël Philipps,  nouveau chef en titre, qui s’apprête à passer le concours MOF et met ici son grain de sel avec une pointe de modernité, laisser entrer librement l’air du temps. Pascal Schmitt, le chef de fondation de la maison, présent là depuis plus de trente ans, incarne la continuité, mais sans œillères. Tandis que Clara et Melina, les filles de Michel, que relaient à l’accueil la vive sommelière de la maison, Audrey Schennher, donnent une note de charme familial et féminin au lieu.

Crabe royal et tourteau à la parisienne rafraîchis au pamplemousse et citron vert © GP

Dans ce relais du poste aux beaux atours  XVIIIe, avec sa cour pavée et fleurie, ses diverses façades ornées de colombages, ses murs intérieurs vêtus de boiseries, souffle un vent neuf. Foie gras de canard élevé dans le Kochersberg en gelée d’aloe vera, avec chutney à la fraise et poivre sauvage, plus tuiles croustillantes ou crabe royal et tourteau à la parisienne rafraîchis au pamplemousse et citron vert, condiment mangue, gingembre et légumes croquants renouvellent d’esthétisantes façons le registre des hors d’oeuvre maison.

Foie gras de canard en gelée d’aloe vera, chutney à la fraise et poivre sauvage © GP

Mais la pêche du Rhin, signée du seigneur du fleuve Adrien Vonarb perpétue, elle, l’esprit d’avant, non sans malice: panaché de poisson d’eau douce, perche et sandre, quenelle de brochet, calamarata farcis et sauce Nantua ou laitance de carpe dites amourettes de rivière et anguille fumée sont pile poile. L’éventail des vins d’Alsace en blanc et rouge et vaste. Mais on se laisse tenter par le pinot noir « 100% barriques » du voisin Fend qui, avec son nez de cerise, joue les nectars de charme.

Panaché de poissons d’eau douce, quenelle de brochet, calamarata, sauce Nantua © GP

Et, en final, gourmand finger chocolat et fringant cerise cerise ou chocolat Saou Toubo et sorbet mangue achèvent en douceur. Voilà – et on se répète là volontiers – une maison à suivre, amicale,  familiale et complice.

Finger chocolat, sorbet cerise © GP

Le Cerf

30 rue du Général de Gaulle
67520 Marlenheim
Tél. 03 88 87 73 73
Menus : 47 (déj., sem.), 85 €
Carte : 90-150 €
Fermeture hebdo. : Mardi, mercredi
Site: www.lecerf.com

A propos de cet article

Publié le 21 juillet 2018 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Le Cerf