Montbazon : les délices d’Artigny

Article du 12 février 2018

Hervé Guttin © GP

L’Origan? C’est la belle table du château d’Artigny à redécouvrir. Le lieu majestueux, au bord de l’Indre, avec ses salles superbes, comme la belle rotonde bleutée, qui accueille la salle à manger à de quoi séduire. Les maîtres queux s’y sont succédé avec allant – on y a notamment connu Francis Maignant qui obtint ici jadis deux étoiles. Le nouveau venu, Hervé Guttin, natif de Vendée, côté Sables d’Olonne, élevé en Val de Loire, passé longuement au Bistrot de la Tranchée chez Charles Barrier à Tours, après quelques années en Suisse au Lausanne Palace avec le magicien Edgard Bovier, fait de tout bois, avec une cuisine à la fois riche et généreuse, fine et diserte, qui n’oublie pas les plaisirs régionaux et l’appel du Grand Ouest.

Escalope de foie et cochon roi rose de Touraine © GP

Des exemples de sa manière? L’escalope de foie gras poêlé avec son tendron de cochon dit « roi rose de Touraine », laqué au condiment porto/soja, avec sa fine crème de topinambour et ses éclats de noisettes grillées, le saint-pierre cuit meunière, avec son jus terre/mer, son fin galet de pomme de terre, curcuma, couteaux et grenades, jeunes pousses d’épinard ou encore le veau en deux préparations – le paleron cuit lentement, le ris de veau croustillant -, avec sa mousseline de panais, son jus de sauge et ses noix sont fort bien faits.

Saint-pierre meunière, jus terre/mer, curcuma, couteaux © GP

On ajoute de gourmands desserts comme la religieuse moderne, qui évoque celle que Christophe Michalak lança jadis au Plaza-Athénée, avec chocolat, caramel et cacahuètes, ou encore le parfait glacé au miel, tuile dentelle, sauce à l’orange et tartare d’agrumes. Bref, c’est savoureux, fin, plein de jolis promesses et les prix des divers menus sont pondérés. On n’oublie pas la grande carte des vins très ligérienne, avec  le saumur blanc à Varrains d’Antoine Sanzay, le chinon de même couleur du Coq de la Pallus à Cravant-les-Coteaux ou encore le fruité saint-nicolas-de-bourgueil de chez les Cognard dit Les Malgagne. Assez pour se donner envie de faire ici étape.

Veau en double cuisson, mousseline de panais © GP

Le service peut avoir quelques lenteurs, notamment avec les nombreux séminaires qui se tiennent dans la demeure, mais les savants cocktails d’Antony Bertin qui officie au shaker, sont un « plus » qui font attendre.

Religieuse moderne chocolat, caramel © GP

L’Origan au Château d’Artigny

37250 Montbazon

Tél. : 02 47 34 30 30

Menus: 29 (formule, déj.), 35 (déj.), 49, 79 €.

Carte: 90 €.

Site: www.restaurant-origan.fr

A propos de cet article

Publié le 12 février 2018 par
Catégorie : Restaurants Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !