12

Glou

« Chez Glou (3e): nul et tendance, même le dimanche! »

Article du 20 février 2011

Glou: la table d'hôte © GP

Où trouver de la vie, un dimanche, dans le Marais, quand il fait gris à l’extérieur, sans être soumis au brunch de rigueur? Réponse chez Glou. On avait été séduit, au début, il y a deux ans, par le cadre de loft minimaliste avec murs blancs, pierres apparentes, luminaires rouges et noirs modernes, hautes tables d’hôtes, premier étage avec vue sur l’hôtel noble en face. Et irrité par la banalité de la cuisine – pour ne pas dire pire – au regard du « buzz » favorable fait autour. Sans omettre le non professionnalisme absolu – presque provocateur – du service.

Il faut dire que les deux patrons, un ex journaliste gourmand et un spécialiste en audio-visuel, ont su activer à fond leurs réseaux pour réaliser un incroyable consensus médiatique autour d’eux, tout en distillant un discours bio et écolo, propre à épater le bobo branché. C’est dire que la maison fait vite le plein sur ses deux étages et qu’un déjeuner tardif du dimanche se vit ici comme une petite fête entre amis complices et tendance.

Thon blanc fumé © GP

Côté mets, le gentiment banal le cède au carrément fade, composant une symphonie médiocre, sans réelle méchanceté, mais où l’on chercherait en vain la moindre étincelle de talent et de finesse. Côté service, un aréopages de jeunes filles souriantes jouent doctement entre indifférence volontaire et j’m’enfoutisme total. Bref, on ne se régale pas, mais on ne se ruine guère, en picorant des nourritures diaphanes, et en jetant un oeil au spectacle de la vie parisienne d’entre Vosges et République, ce qui n’est pas dénué d’intérêt.

Crème de lentilles © GP

Si les intitulés de la carte sont prometteurs, l’assiette, elle, est carrément fadasse, avec un thon blanc germon  « non menacé » et fumé de l’Île d’Yeu, présenté en fines lamelles réfrigérées (sorties du frigo?), flanqué d’une crème fraîche (dite « généreuse », mais qui ne l’est pas tant que ça) et de quelques feuilles de salades brouillonnes. La crème de lentilles – dite « une bonne soupe paysanne » – avec son « écume de lard paysan », est sans goût aucun, ni sel, ni poivre, ni lard. Les rigatone (dites « pâtes artisanales ») à la crème de truffe blanche d’Alba sont carrément surcuites, baignant, en outre, dans une crème vaguement truffée, assez écoeurante.

Rigatone à la crème de truffe © GP

Je passe sur le brave « millefeuille » de crabe à l’avocat, qui n’en est pas un, le yaourt artisanal (plutôt du lait caillé) flanqué, sans crier gare, d’une crème de marron lourdingue. En soulignant, qu’au regard du reste, le cheese-cake bourratif mais fondant et chichement servi, avec sa pâte bien cuite et sa cream cheese qui ne l’est pas, constitue, en regard du reste, un chef-d’oeuvre. Le seul bon point véritable de la maison est à adresser au joli choix de vins au verre qui recèle quelques trouvailles, comme ce muscadet dit « la Totale » vif et frais à 4,50 €.

Millefeuille de crabe et avocat © GP

On oubliera la jeune serveuse qui oublie de vous apporter le café commandé 10 mn plus tôt, en vous demandant, pincée: « pourquoi, vous êtes pressé? » Mais on sait que cette maison, qui érige le non- professionnalisme à la hauteur d’un bel art, aura toujours assez de gogos pour tourner, dans la bonne humeur, tous les jours… y compris le dimanche.

Cheese Cake © GP

Glou

101, rue Vieille du Temple
Paris 3e
Tél. 01 42 74 44 32
Menus : 20 € (déj., sem.)
Carte : 35-50 €
Fermeture hebdo. : Ouvert tous les jours
Métro(s) proche(s) : Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
Site: www.glou-resto.com

A propos de cet article

Publié le 20 février 2011 par

Glou” : 12 avis

  • CHELMI

    Juin 2017.Est-ce une erreur? A ne pas classer au niveau chic car décor original sans plus.Diner au 1er étage peu lumineux.Peu de présentation et d’originalité pour les plats.En suggestion:thon mi-cuit avec boulgour servi tiède, dessert glace bio donc aucune préparation venant d’un cuisinier! Bref, seul point positif:le personnel jeune et actif essaie de faire oublier le peu de gastronomie.

  • S

    Malheureusement, ces remarques, surtout en qui concerne le service déplorable, pourraient etre appliques a la plupart des restos parisiens. Heureusement, le service s’ameliore chez Glou en 2015.

  • Guillaume

    La description de Gilles est en tout point exacte, restaurant pretentieux, mets insipides, service déplorable. Passez votre chemin.

  • Nicolas

    Je vous trouve dur, c’est une valeur sure pour un moment sympathique avec de bons plats pour un rapport qualité-prix qui est resté très bon.

  • Merci de votre franchise, je suis fatiguée de lire tant de bien de cette table sans grand intérêt. La prestation est si médiocre, que certains de mes amis, eux même proches du patron, n’ont pas osé lui dire qu’ils y avaient dîné tant ils étaient déçus …

  • Hippolyte Schmitz

    Et encore pire que Glou, c’est Jaja, aussi dans le Marais et le dernier du meme equipe. Service epouvantable, trop cher, cuisine sans interet.

  • alain

    bjr
    je suis bien d’accord avec vous. je frequentais Glou avec un certain plaisir. mis lors de mon dernier repas (pour déjeuner) cela a été la « cata » sur toute la ligne. Les tables voisines ont été servies bien avant nous apres etre arrivées bien apres nous. Pour les plats nous etions deux le mien (une viande saignate)est arrivé bien cuit et 10 mn apres celui de ma femme qui etait pour le compte devenu bien froid.

  • Philippe

    bravo pour votre critique, ce qui m’affole c’est que la presse puisse être conditionnée à ce point, et que l’un des leurs soit protégé
    je sais monter un restaurant coûte cher, mais quand on a cette prétention on assume le risque d’être critiqué.
    le marketing m’insupporte ainsi que l’absence de talent,
    j’ai dîner chez glou, les crevettes bio de Madagascar, le jambon ibaiona etc
    il s’agit de beaucoup d’assiettes préparées en avance se référant à un produit, pour faire des économies de personnel en cuisine, en réalité il n’y a pas de chef, le cheese cake dont vous parlez est acheté, donc ce n’est pas un restaurant pour moi, mais un bar à vin avec des assiettes marketées
    quant aux prix 50,00€ je trouve ça très cher comparé à la formule à 18,00€ chez Rino au déjeuner ou à 38,00€ le soir je crois qu’il n’y a pas photo

  • Ah Glou… Ou quant le service ne ratrappe pas la cuisine et inversement.
    La déception était à la hauteur de l’engouement suscité

    J’aurais presque pu apprécié « La poitrine de cochon ibaïona snackée à point » digne d’une cafétéria, si on ne me l’avait apportée au beau milieu de mon apéritif.
    Apéritif que l’on essaye de soigner compte tenu du beau choix de vin au verre.

  • Cassandra

    « ont su activer à fond leurs réseaux pour réaliser un incroyable consensus médiatique autour d’eux »
    Bien dit !

  • Merci de me lire si attentivement. Mais ce qui frappe là, c’est l’écart entre les intitulés prétentieux de la carte et la réalité de ce qui est servi, entre le foin médiatique fait autour de cette maison et ce qu’elle propose réellement. Mais il est vrai qu’il y a pire ailleurs…

  • Dibi

    Ooooh, une fois n’est pas coutume, je vous trouve injustement dur avec un établissement. Même s’il est aisément compréhensible de trouver agaçant le côté « repaire de bobos fashions » du lieu, j’y ai toujours eu droit à un service extrêmement courtois, que je sois seul ou en groupe – manquant certes un peu de professionnalisme, mais peut-on rechercher dans ce type d’endroit les mêmes références que dans une grande maison ?
    Il est vrai que les plats servis, quant à eux, ne marqueront pas l’histoire de la gastronomie, mais « fadasse » est un bien grand mot. Oui, ces plats sont innocents, « sans méchanceté » aucune, mais ils tiennent plutôt bien leurs promesses – comme cet excellent bar aux petits légumes dont je me suis régalé il y a 1 mois. Rajoutez ces excellents vins au verre que vous mentionnez, et le cadre plutôt agréable, et le tour est joué. Une « symphonie médiocre », sans trop de fausses notes, vaudra toujours mieux que de la variété pompeuse et surjouée, qui veut se prendre pour ce qu’elle n’est pas, non ?
    Et niveau bobo je-m’en-foutiste, anodin & surtaxé, on est quand même loin des prestations de leurs voisins de Rose Bakery…
    Un grand merci pour ce blog, continuez à nous enchanter avec vos découvertes !

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Glou