7

Le Chalet de Pierres

« Courchevel: traquenard au Chalet de Pierres »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 17 février 2011

La César salade à 32 €, la burrata crémeuse avec son pan bagna à 28 € ou la pièce de boeuf béarnaise à 52 €: on ne se plaint pas, on est à Courchevel sur les pistes. Et le Chalet de Pierres est l’une des institutions de la station. On ajoute les linguine coupés en morceaux et trop cuits, qui, même inondés d’épaisses lamelles de truffes noires, à 44 €, ont du mal à passer. J’oublie la brandade de morue trop liquide, le poulet rôti un peu sec avec sa purée à la truffe, mais qui dégorge d’huile, les orechiette, presque aussi cuites que les linguine, et dits « aux fromages de Savoie » (on se demande lesquels), à 32 €. Et je vous aurai fait un résumé clair et précis de la situation.

Remarquez que parler d’argent sur les pistes de Courch’ peut faire passer pour impoli. D’autant que le décor boisé avec ses jolis luminaires est superbe, que les tables du premier, en mezzanine, avec baie vitrée, offrent une vue imprenable sur les pistes. Pourtant la jolie serveuse en tenue d’opérette, avec béret, vous annonce que, pour le dessert, il faut aller voir le chariot à l’extérieur, et, que, pour 25 €, tout le buffet est pour vous. Il y a là une tarte aux pralines, avec sa pâte pas cuite, celle aux poires au vin réfrigérée, la glace vanille duraille pas turbinée, qu’un pauvre préposé aux desserts fait tomber sur lui avant de vous les servir, sans omettre des fraises (pas de saison, faut-il le préciser?) au goût d’eau…

Trop, est-ce trop? Pas vraiment, car le lieu est plein, les clients ont l’air ravi, le service est assuré par des pros qu’on a vu ici ou là, dans la grande hôtellerie, la cuisine signée, en théorie, par Mathias Dandine qui eut une étoile aux Roches du Lavandou et que l’ensemble se trouve placé sous la houlette des Airelles, reprises par Stéphane Courbit, qui fut le jeune magnat de l’audiovisuel, chez Endémol. J’ai sans doute dû louper un épisode. Car on me dit que ces temps-ci, il a plein de neufs projets sur Paris. Pour l’heure, il me fait songer à Jean-Luc Mélenchon qui veut faire payer les riches, sauf que lui a pleinement réussi (les 2 rouges les moins chers de la carte des vins sont un château Ste Roseline à 65 € et une mondeuse tradition à 68 €!). Les riches font le plein des tables du Chalet de Pierres, mangent n’importe quoi, payent le prix fort, trouvent ça très bon. Et en redemandent.

Le Chalet de Pierres

le Jardin Alpin
73120 Courchevel
Tél. 04 79 08 18 61
Carte : 90-150 €
Site: www.chaletdepierres.com

A propos de cet article

Publié le 17 février 2011 par

Le Chalet de Pierres” : 7 avis

  • vorz

    « On », « On »… Elle est bien bonne! L’arroseur arrosé qui pleure d’être mouillé.
    Pour clore le chat pitre, une bonne bouteille, allez!

  • Flex

    j’en r’viens pas ! v’la t’y pas qu’on croise le fer à propos des paluches sur un clavier alors qu’y faudrait qu’on cause piano …

  • … redresseur de mots ou de maux…

  • vorz

    « J’avoue mettre un peu emballé. » Elle n’est pas vilaine non plus celle-ci! Comme quoi les coquilles fleurissent aussi chez les redresseurs de torts.

  • Cyberpen

    Dans le cas présent, deux cas de figure sont possibles. Certains sites de grammaire tiennent votre accord pour faux comme celui-ci :
    http://grammaire.reverso.net/4_2_03_avoir_lair.shtml

    Néanmoins, Larousse précise en remarque qu’accorder avec air, sans complément après, est correct. L’accord avec le sujet n’est ici pas obligatoire. Ce cas de figure reste toutefois moins fréquent.
    http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/Air/1940/difficulte

    Je n’ai donc qu’une chose à dire : au temps pour moi. J’avoue mettre un peu emballé.

    En tout cas, pour un critique de renom, vous ne manquez pas d’humour. À votre place, d’autres se seraient vexés sans aller plus avant. Je lirai donc vos futurs billets avec un plaisir renouvelé. En toute complicité.

  • Merci, cher monsieur, pour vos compliments sur notre sincérité et vos critiques orthographiques constructives. Sachez, en tout cas, que « ravi » s’accorde à l’air … et doit donc demeurer au singulier. Un peu de sérieux à votre tour! Ceci dit en toute complicité…

  • Cyberpen

    Une critique bien assassine mais qu’on aurait du mal à denoncer, tant ses accents de vérité sonnent justes.
    Je ne peux pourtant m’empêcher de compléter ce noir tableau d’un léger bémol : critiquer c’est bien, mais avec une orthographe irréprochable c’est encore mieux.

    Je doute que les responsables du groupe et de l’établissement concerné aient manqué de remarquer les tables qui « offre » une vue imprenable sur les pistes, ni même des clients qui ont l’air « ravi » comme vous dites. Je songe également à ces « linguine coupés en morceaux et trop qui ». Heureusement que vous précisez plus loin « presque aussi cuites que les linguine », sans quoi je chercherais encore à présent ce qu’ils pouvaient fichtre bien avoir de trop !

    Une simple relecture attentive n’aurait-elle pas été un luxe que vous auriez pu accorder à des établissements supposés d’un tel niveau ? Je m’exhorte à penser que vous fournir une réponse ne sera pas nécessaire.
    Voyons Monsieur. Un peu de sérieux.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Le Chalet de Pierres