2

Fine gueule

« Nice : fine gueule et bonne chère »

Article du 16 août 2017

Une nouvelle table au coeur du vieux Nice, racontée par notre correspondant de la Côte d’Azur, Alain Angenost… Suivons-le chez Fine Gueule…

Kim et Geraud © AA

Dans ce vieux Nice qui regorge de bonnes adresses gourmandes, « Fine gueule » (définition du dictionnaire : « gourmet, aimant la bonne chère« ), le restaurant de Kim et Géraud Gary-Bobo, s’est fait sa place avec aisance. Face à la mairie, dans une rue passante, trait d’union entre l’animation du Cours Saleya et celle de la Place Massena, ce bistrot a déjà le mérite de sa situation stratégique. Ce jeune couple travaille en famille et son personnel assure un service aimable et prévenant.

La terrasse © AA

La cuisine partiellement vitrée est l’attraction centrale de la salle. La décoration, jouant l’actuel avec les vieilles pierres, apporte une avenante ambiance, comme en terrasse, lieu de prédilection selon météo. C’est à l’Institut Paul Bocuse où ils ont obtenu leur diplôme que Kim (promotion 2012) et Géraud (promotion 2007) se sont connus. Il s’est perfectionné à la Cour des Loges, chez Guy Lassausaie et au Royal Bellecour à Lyon, tandis qu’elle a fréquenté aussi les fourneaux des Trois Dômes, au Sofitel Bellecour.

L’œuf bio mimosa © AA

C’est auprès d’Alain Dutournier, au Carré des Feuillants à Paris, de Mathieu Viannay à la Mère Brazier et chez Joël Robuchon au Métropole Monaco, qu’il a achevé sa formation. Ils n’ont pas oublié les belles leçons apprises. Témoins l’ardoise malicieuse, au déjeuner, comme la carte, au dîner, qui sont malignement bistrotières, chantant les typicités « nissardes » comme le sud-ouest inspiré par le passage chez Dutournier. La partageuse pissaladière maison a de quoi mettre en appétit.

Cabillaud demi sel rôti © AA

Avec l’œuf bio mimosa, estragon et cœur de sucrine, petite salade César, thon mi-cuit et anchois fumé, on on se laisse embarquer par les fulgurances gustatives du chef. Les pommes de terre finement coupées comme un risotto, pesto de roquette, le cabillaud demi-sel rôti, son écrasée de pommes de terre aux olives et tartare de tomates et le magret de canard fermier, pommes grenailles confites et petits légumes, forment de réjouissantes assiettes où le chichi n’a pas lieu d’être. Avec son acidité maitrisée, la tarte au citron meringuée passe toute seule.

Thon mi-cuit et anchois fumé © AA

Le soleil est de la partie, le Saint-Victorin rosé aussi et avec la gentillesse et le sérieux de Géraud et Kim, on se dit que voilà une table sympa à recommander à ses amis chers.

Tarte au citron meringuée © AA

Fine gueule

2 Rue de l'Hôtel de Ville
06300 Nice
Tél. 04 93 80 21 64
Menus : 16 (formule, déj.) €
Carte : 35-40 €
Horaires : 12h-14h, 19h30-22h
Fermeture hebdo. : Lundi midi, dimanche
Site: www.finegueule.fr

A propos de cet article

Publié le 16 août 2017 par

Fine gueule” : 2 avis

  • Jp Benaym

    Chaque plat est dressé avec Art et les nuances de goûts sont toujours au rendez vous. Je conseil à tous les niçois de faire l’expérience d’un repas réussi.

  • Jp Benaym

    Chaque plat est dressé avec Art et les nuances de goûts sont toujours au rendez vous. Je conseil à tous les niçois de faire l’expérience d’un repas réussi.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Fine gueule