Embrouille à Monaco

Article du 17 mai 2017

Peter Mayle et la Provence? Une histoire d’amour qui dure depuis plus de trente ans. Elle continue avec cette jolie carte postale en forme de pochade policière où l’on retrouve des personnages déjà entrevus dans ses précédents livres. L’intrigue est lâche – un vol de bijoux qui se répète de Nice à Monaco -, mais elle compte peu, car elle surtout prétexte, avec ses amis Reboul, magnat Marseillais du Pharo, Sam Levitt et sa compagne Elena, californiens amoureux de la côte d’Azur au point d’y acheter une villa mal en point mais avec une vue incroyable, pour se détendre au soleil, de céder à de jolies agapes et de déboucher force bouteilles de rosé. On communie avec la Jet Set qui se croisent au fil de belles soirées mondaines, flirte avec le Cap Ferrat et la Baie des Anges, rencontre des décorateurs et décoratrices stars (comme la belle Coco Dumas) qui transforme une masure en palais moderne. Bref, on n’a guère le temps de s’ennuyer dans cette côte d’Azur de carte postale qui cousine avec celle évoquée par Hitchcock dans « la Main au Collet »… Depuis « Une année en Provence » et « Un Hôtel Pastis », Peter Mayle ne cesse de chanter avec talent une région douce à vivre, facile à aimer, constamment ensoleillée. Cet héritier anglais de Pagnol, qui, chemin faisant, donne des cours de sieste et de pétanque, a bien mérité son succès constamment renouvelé.

Embrouille à Monaco, de Peter Mayle, traduit de l’anglais par Nathalie Gouyé-Guilbert (Nil éditions, 268 pages, 20 €).

A propos de cet article

Publié le 17 mai 2017 par
Catégorie : Livres Tags :

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !