> > > > Marc Veyrat - la Maison des Bois
6

Marc Veyrat - la Maison des Bois

« Manigod: chez le roi Veyrat »

Article du 11 août 2016
Marc Veyrat chez lui © GP

Marc Veyrat chez lui © GP

Vue du restaurant © GP

Vue du restaurant © GP

Il est le fou des alpages, le roi de la montagne, le mythe vivant qu’on vient visiter comme une icône, quelque chose ou plutôt quelqu’un comme le Johnny Hallyday de la cuisine, le Delon des fourneaux, promis à tous les enfers, révéré par les uns, jalousé par les autres, honni par beaucoup, jeté au lac (d’Annecy), brûlé sur son bûcher de Beauregard, entre le col de la Croix Fry et la Clusaz, renaissant, tel le Phénix, sans cesse de ses cendres, plus beau, plus vif que jamais, à l’esprit toujours conquérant et finalement vainqueur.

L'équipe en cuisine © GP

L’équipe en cuisine © GP

Il est lui: Marco 1er, seigneur de ses terres, ayant quitté sa demeure de Veyrier-du-Lac, où officie son élève, le très doué Yoan Conte – et dont il reste propriétaire des murs -, recréant sa fondation dédiée à l’alimentation raisonnée, cuisinant avec panache, livrant, avec une équipe en partie italienne, une partition de charme, qui s’édicte en deux menus de 5 ou 12 plats, repartant d’un bon pied pour la course aux étoiles.

Pomme soufflée © GP

Pomme soufflée © GP

Foie gras à la myrrhe odorante © GP

Foie gras à la myrrhe odorante © GP

De cette partition, en forme de symphonie ou de sonate, Marc Veyrat est le sage ordonnateur, le fol metteur en scène, le rigoureux dispensateur des plaisirs. Il raconte, édicte, relayé par un personnel aux aguets, et qui commence – la maison a ré-ouvert officiellement le 15 juillet – et par le chercheur d’herbes Christopher qui est comme son éclaireur, les fantaisies sur le thème de la montagne, des herbes rares, des plantes buissonnières, de l’acha, du chénopode, de l’oxalys ou de la reine des près.

Oeuf inversé © GP

Oeuf inversé © GP

Consoude, oxalys et quinoa © GP

Consoude, oxalys et quinoa © GP

Laissez-vous surprendre par cet Harry Potter des fourneaux qui vient en salle pour vous mettre un peu de magie en bouche. Pomme soufflée au foie gras virtuel et oxalys, foie gras chaud poêlé à la myrrhe odorante, oeuf inversé , safran, truffe et maïs ou encore feuille de consoude, oxalys (oseille sauvage) et quinoa en fine tartelette font des instants vibrants comme des hommages à la montagne environnante.

Oeufs de féra et tussillage © GP

Oeufs de féra et tussillage © GP

Salade du randonneur © GP

Salade du randonneur © GP

Grenouilles dans son habitat naturel © GP

Grenouilles dans son habitat naturel © GP

Œufs de féra et crème de tussilage, grenouilles dans leur habitat naturel  – un tapis de mousse végétale, avec racines de réglisse et mousse de polypode, cette réglisse des bois  – ou jolie salade du randonneur, langoustine cuite sur la pierre avec ses mini bonbons à la reine des près ou encore truite du lac à l’écorce de sapin avec son faux beurre blanc, sans beurre, au manioc, enchante, même si, ça et là, il y a une pointe de sucre en trop.

Langoustine et bonbons à la reine des près © GP

Langoustine et bonbons à la reine des près © GP

Truite à l'écorce de sapin © GP

Truite à l’écorce de sapin © GP

Il y a encore les fameuses pâtes « disparaissantes » confectionnée sans oeuf ni farine, mais avec du beaufort et des légumes, qui s’évanouissent dans un bouillon « métissé » aux légumes et soja, puis la tartiflette virtuelle avec fine émulsion de pomme de terre, de lait, de lard, écume d’oignon et vin blanc, avant le service en salle des bonbons à l’azote de cèpes et girolles, qui restituent, en bouche la magie des bois, puis le civet de caïon aux chénopodes, les côtelettes d’agneau à la vapeur enfin la purée de pommes de terre aux truffes.

Pâtes disparaissantes © GP

Pâtes disparaissantes © GP

Pâtes disparaissantes(2) © GP

Pâtes disparaissantes(2) © GP

Marc Veyrat en salle © GP

Marc Veyrat en salle © GP

C’est à la fois un spectacle pédagogique et démonstratif, une fête des goûts, de l’oeil, des sens. Un théâtre trois étoiles, auquel ne manquent pas les jolies touches finales: tartelette déstructurée, gelée aux agrumes et madeleine à la fleur d’oranger ou fine semoule rhum raisin comme chez grand-mère et caramel salé. Vive donc cette neuve Maison des Bois et notre Marco national et savoyard pleinement retrouvé !

Côtelettes d'agneau vapeur © GP

Côtelettes d’agneau vapeur © GP

Purée de pommes de terre aux truffes © GP

Purée de pommes de terre aux truffes © GP

Tarte déstructurée © GP

Tarte déstructurée © GP

Marc Veyrat - la Maison des Bois

Col de la Croix-Fry
74290 Manigod
Tél. 04 50 60 00 00
Menus : 250, 375 €
Fermeture hebdo. : Lundi, mardi, mercredi
Site: www.marcveyrat.fr

Marc Veyrat - la Maison des Bois” : 6 avis

  • lallement

    je suis d accord avec cette dernière critique ce n est pas le tous de faire l artiste il faut assumer
    pour le prix c est honteux charlot

  • MORLIERE

    c’est un rêve qui vient de se réaliser grâce à notre fille et à notre gendre.
    Inconditionnelle du chef, ce logis d’exception est sans nul doute l’un des plus beaux à découvrir,une aventure culinaire magique.
    Chaque assiette résume les immenses talents de ce chef génial.
    L’accueil et la présence du chef tout au long de la soirée , que du bonheur!!!!
    Bravo à toute l’équipe,soucieuse du moindre détail.
    Merci à tous et en particulier à vous Mr VEYRAT

  • Geraudeau

    Très déçu par la formule 5 plats. Cuisine pas à la hauteur de la réputation. M. Veyrat peu aimable. Addition aberrante!

  • Reynier

    Exceptionnel toujours meilleurs nous avons nettement préféré la table actuelle qu’à megeve ou nous sommes allés / Mr verat est nettement au dessus de ses ‘confrères ´merci encore pour ce grand moment

  • descamps dominique

    c est super ses photos un chef plein de savoir faire en cuisine chaleureux gentil la maison des bois c est un reve magique la serenite je souhaite plein de bonheur a marc et son equipe il le merite dominique

  • Magic

    Nous revenons de Manigod avec ma femme où nous avons pu ENFIN gouter à la cuisine de Marc Veyrat qui restait à nos yeux le plus grand chef de cuisine français ( notre dernière apparition datait de 2005 à la fameuse ferme de Megeve ).
    Et QUELLE DÉCEPTION !!!
    Un Veyrat grognon nous accueille dans son nouvel antre flambant neuf…et entre 3 alertes au feu (si,si)…nous sert un pétillant d’Ayse en guise d’appéritif avec une planchette savoyarde indigeste ( tarte flambée,reblochon, hamburger au foie gras poêlé…bref rien de fin et de très léger…) pour la modique somme de 50€ le verre !!!
    Puis ce fut le menu à 12 plats qui fut servi à la va-vite par un personnel qui connaissait à peine le menu et leurs ingrédients !
    Aucun produit noble dans cette farandole de plats très bien construits sur le contenant…mais bien faible dans le contenu !
    Certaines herbes gâchent même le plat à l’instar de ce foie gras poêlé à la myrrhe qui donne un goût vinaigré désolant…ou ces mini cuisses de grenouilles perdues dans les broussailles à la recherche d’un je-ne sais quoi !
    Bref, nous avons eu droit à tout même à des nerfs dans notre filet de boeuf en croûte !
    Je ne parlerai même pas des desserts indignes d’un restaurant gastronomique ( la tarte aux myrtilles destructurée était fade et sans saveur…tout comme cette glace au foin !).
    Cerise sur le gâteau…il fallait couper son pain soi-même avec le chariot de fromage…et comme il n’y avait pas de vin au verre, nous du dumes rester durant tout le menu avec le même vin (triste!).
    Bref,nous avons quitté ce bel endroit triste et choqué par cette pseudo cuisine qui ne ressemblait en rien d’avec celle de Megeve !
    Ces 1200€ me resteront à jamais en travers de la gorge…et j’ai du mal comprendre la critique élogieuse de Gilles Pudlowski ( mais est-elle objective ? ).
    Désolé pour cette remontée acide de notre voyage dans les Aravis.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Marc Veyrat - la Maison des Bois