> > > > La Bonbonnière de la Trinité
7

La Bonbonnière de la Trinité

« Une envie de douceurs (Paris 9e) »

Article du 5 janvier 2011

La boutique vue de l'intérieur © GP

Voilà une maison qui donne des envie de douceurs, de bergamotes, de négus (caramel sur caramel enrobé dans du sucre) au sortir du métro Trinité, face à l’Eglise et en remontant la rue Blanche. Laurent Maza-Andreu a quasiment révolutionné sa maison familiale presque centenaire (en fait créée en 1925), au rez de chaussée d’un immeuble haussmanien. Mais ni de design, ni de contemporain. Simplement une porte coulissante et des rayons plus nets. Parfaits donc pour se faire une ganache ou une jolie tablette en douce.

Les ganaches © GP

Tous les chocolats maison sont à forte teneur en cacao. Tablettes, truffe bitter, bouchées praline et noisettes, ganaches géantes, tuiles aux noisettes ou nature, brindille à l’orange ou au gingembre sont délectables. On ajoute les confiseries diverses de nos provinces. La violette comme à Toulouse, le négus plus haut cité, les calissons d’Aix ou le spéculos à la bruxellois. Accueil tout sucré de Maman Maza-Andreu et jolies confitures artisanales à haute teneur en fruits.

Les tuiles en chocolat © GP

La Bonbonnière de la Trinité

4, place d'Etienne d'Orves
Paris 9e
Tél. 01 48 74 23 38
Horaires : 9h30-20h30
Fermeture hebdo. : Dimanche
Métro(s) proche(s) : Trinité
Site: www.la-bonbonniere.com

A propos de cet article

Publié le 5 janvier 2011 par

La Bonbonnière de la Trinité” : 7 avis

  • ALAIN

    Excellent accueil, la patronne a un joli sourire et reste à votre disposition pour vous conseiller et vous indiquer en quoi sont faits ses chocolats.
    Ici pas de fioritures on travaille dans la qualité : des chocolats aux marrons glacés en passant par les bonnes pâtes de fruits et confitures.
    Ami(e)s gourmand(e)s à vos papilles
    Bon rapport qualité/prix.
    Un coup de barre? Une bonbonnière et ça repart!

  • Marie-José Fronteau

    C’est vrai, l’accueil n’est vraiment pas sympathique ; on a vraiment l’impression que les vendeurs n’ont qu’une envie : vous fourguer un paquet et vous voir partir

  • Chocolats excellents

  • J’ai grandit et passé toute mon enfance au 4 place d’estienne d’orves… cette maison de chocolat (dont l’atelier se situe dans l’arrière cour) a inspiré toute mon enfance (et ma révelation professionnelle tardive – je suis actuellement Maître sirupière !). Je croisais les « chocolatiers » chaque matin (ces derniers m’offraient discrètement des chocolats succulents !) et je sentais ces effluves de cacao avec délectation. La bonbonnière de la Trinité était, pour moi, « comme l’usine de Wonka dans Charlie et la chocolaterie » ! Une véritable maison familiale dont je garde l’heureux et nostalgique souvenir du couple propriétaire (je ne sais pas s’il s’agit des mêmes ou si le fils – un homme charmant – a pris la relève ? ). Merci pour ce partage 🙂

  • Ringeard

    Depuis des années( j’ai 77 ans ) je traverse tout Paris pour acheter mes chocolats.
    L’accueil a bien changé ! Mais l’an dernier cela a dépassé toutes les bornes.
    Je regrette mais je n’y retournerais pas.

  • Vous avez tort: les grosses ganaches sont un délice d’enfance! Miam… rien que d’y penser! L’accueil me semble s’améliorer. En tout cas, l’autre jour (mercredi, donc avant hier), c’était le beau fixe. Mais peut-être y a t il des jours sans…

  • C’est tout près de mon cabinet et pourtant, je n’y vais plus : tablettes sans intérêt (les tablettes Bonnat sont bien meilleures) et surtout, accueil pas du tout sympathique.

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

La Bonbonnière de la Trinité