Paris 8e: un double prix féministe à la Maison Blanche

Article du 17 avril 2016

Notre ami Albert Nahmias assistait au prix  qui vient d’être décerné à deux auteures de talent, à la Maison Blanche de l’avenue Montaigne. Ecoutons-le…

Camille Panhard, Bruno Franck et Delphine Minoui © AA

Camille Panhard, Bruno Franck et Delphine Minoui © AN

L’École Supérieure de Journalisme de Paris et le restaurant Maison Blanche situé avenue Montaigne, Paris 8e ont décerné le prix littéraire et le prix Coup de Cœur 2016. Autour de son président André Bercoff, de son secrétaire général et journaliste Gilles Brochard, et du directeur général de la Maison Blanche, Bruno Frank, le jury a attribué son grand prix à Delphine Minoui auteur de « Je vous écris de Téhéran » paru en 2015 au Seuil et en poche cette semaine. Lauréate du prix Albert Londres 2006, correspondante du Figaro, aujourd’hui en poste à Istanbul, l’auteur a passé dix ans en Iran. Son livre sous forme de correspondance adressée à son grand-père nous éclaire sur la société iranienne, ses mollahs, ses milices Bassidji… c’est beau et plein d’émotions.

Andre Bercoff, Delphine Minoui, Gilles Brochard © AN

André Bercoff, Delphine Minoui, Gilles Brochard © AN

Le prix Coup de Cœur a été décerné à Camille Panhard pour son livre « No woman’s land », paru aux éditions des Arènes. On a peine à croire que cette frêle journaliste passionnée du monde hispanique (Mexique, Amérique Centrale) ait pu s’immerger à ce point pendant dix ans dans l’Amérique Latine et ses migrants, particulièrement autour du Rio Grande, zone parmi les plus dangereuses du monde : trafic d’êtres humains, de drogues, violence et prostitution. Elle en rapporte un beau livre, bouleversant et inquiétant.

Delphine Minoui © AA

Delphine Minoui © AN

Deux femmes lauréates, on ne peut pas taxer ce jury de misogynie et c’est tant mieux !

A propos de cet article

Publié le 17 avril 2016 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !