> > > > Le Meurice - Alain Ducasse

Le Meurice - Alain Ducasse

« Paris 1er: pour saluer Jocelyn Herland »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 26 février 2016
Jocelyn Herland © GP

Jocelyn Herland © GP

La maison ferme 15 jours, rouvre mi-mars, avec une salle à manger, toujours versaillaise et grand style, rafraîchie par Philippe Starck. Elle vaut toujours ses trois étoiles, avec une cuisine signée Alain Ducasse et des mets peaufinés par Jocelyn Herland, revenu de huit ans de labeur en Angleterre au Dorchester. Ce mercenaire de charme, qui a la passion de la cuisine chevillée au coeur, peaufine, avec une équipe solide et nombreuse, des mets d’exception, jouant le grand classique rajeuni, comme c’est ici l’usage.

Légumes et sel de l'Himalaya © GP

Légumes et sel de l’Himalaya © GP

Saint-jacques et truffes © GP

Saint-jacques et truffes © GP

Le service, pertinent, efficace, compétent, est toujours assuré avec rigueur par Frédéric Rouen et sa dream team de charme. Le cadre fait merveille et l’on sait que le Meurice fait toujours bande à part (« il y a trois clientèles de palace, la bonne, la mauvaise et celle du Meurice », disait Fargue). Au programme: l’huître pochée avec sa vinaigrette d’échalote et sa feuille de sarrasin, le pâté de chaud de pintade aux truffes, la saint-jacques également truffée, les légumes et fruits, comme le homard aux topinambours et le turbot aux salades amères.

Pâté chaud de pintade © GP

Pâté chaud de pintade © GP

Homard et topinambours © GP

Homard et topinambours © GP

Les produits volent haut, la réalisation sonne juste, le produit est mis en valeur avec brio et les cuissons exécutées à la seconde près. Voilà bien de la haute voltige dont on se doute qu’elle vaut trois étoiles et qui font s’interroger sur la récente dégradation – à deux – de la demeure par le Michelin en sa version 2016. Règlement de compte? Il y a de ça. La sole aux choux fleurs et coquillages, le chevreuil sauce poivrade, comme le formidable agneau de l’Aveyron aux artichauts et citron jouent en plus que parfait, comme d’ailleurs ce bel exercice sur le thème de la volaille avec sa peau craquante, farcie de truffe noire au céleri: beau et bon à la fois.

Turbot et salades amères © GP

Turbot et salades amères © GP

Sole et coquillages © GP

Sole et coquillages © GP

Les fromages, signés Dubois ou Cantin, sont l’honneur de la fromagerie française (ah, ce camembert à coeur!). Les vins, choisis par un jeune sommelier compétent (meursault d’Anne Boisson, riesling Schlossberg de Cathy Faller, châteauneuf du pape du mas Saint-Louis d’une incroyable profondeur), sont seigneuriaux. On ajoute les desserts de Cédric Grolet, certes un peu trop portés sur l’acidité (vacherin aux agrumes, citron, ananas et avocat), avec un ban pour le chocolat de la manufacture ducassienne (joli couplet sur la glace café et la sauce chocolat).

Agneau au citron © GP

Agneau au citron © GP

Le service © GP

Le service © GP

Bref, si vous connaissez meilleur ailleurs, appelez-nous, on arrive !

Vacherin aux agrumes © GP

Vacherin aux agrumes © GP

Jocelyn Herland et Frédéric Rouen © GP

Jocelyn Herland et Frédéric Rouen © GP

Le Meurice - Alain Ducasse

228, rue Rivoli
Paris 1er
Tél. 01 44 58 10 55
Menus : 130 ( déj.), 380 (dégustation) €
Carte : 250-350 €
Horaires : 12h30-14h, 19h30-22h
Fermeture hebdo. : Samedi, dimanche
Fermeture annuelle : 11-28 février. Fin juillet-fin août
Métro(s) proche(s) : Tuileries
Site: www.meuricehotel.fr

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Le Meurice - Alain Ducasse