Une vie de lumière et de vent, de Christian Signol

Article du 25 septembre 2015

9782226259905g-1

Signol, ce conteur magnifique, vous connaissez? On a tendance à le ranger, pour de faciles raisons géographiques, du côté de l’Ecole de Brive, avec les Tillinac, les Peyramaure et les Michelet. On est davantage chez Giono, celui du Chant du Monde, des Grands Chemins et du Roi sans divertissement dans cette façon d’exalter les paysages de campagnes, la vie (rude) aux champs et de transformer la vie quotidienne en tragédie sans crier. Cette vie de lumière et de vent, c’est celle de Jean Dolin, pauvre héros de Christian Signol, mué en Candide, cherchant sa place dans le monde. Enfant trouvé, dans les années 1920, il sera élevé par un couple de bergers brutaux sur le Méjan, laissé à lui-même, analphabète, ignorant, puis balloté au gré de l’histoire. L’armée en fera un fantassin ordinaire. Il apprendra à lire grâce à Julien Fabre, un instituteur sous les armes, qui l’emmènera en permission chez lui dans l’Aude à St Marcel, subira la défaite de 1940, bâtissant sa propre exode, échappant au STO, se cachant dans le Larzac, trouvant l’amour de Dorine, simplette et brave, qui lui donnera une neuve raison de vivre. La force de Signol: raconter avec une grande générosité de mot, jouant de la géographie et de l’histoire, qui broie ses personnages, avec force. C’est à la fois rude, lumineux, sombre, venté, fougueux. Destins et paysages, caractères et gestes anciens ici se répondent à merveille. On est vite saisi par cette manière d’emporter le lecteur avec force et de ne plus le lâcher jusqu’à l’ultime page.

Une vie de lumière et de vent, de Christian Signol (Albin Michel, 256 pages, 19,50 €).

A propos de cet article

Publié le 25 septembre 2015 par

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !