1

Les chuchotis du lundi: Etchebest presque prêt, Ducasse à Végas, Reversade à Crans, Arabian l’italien, Michalak dans le Marais, les Girardin à Colmar

Article du 3 août 2015

Bordeaux: Philippe Etchebest est presque prêt

Philippe Etchebest © GP

Philippe Etchebest © GP

Il suit les derniers travaux de sa neuve enseigne bordelaise, recrute les derniers membres de son équipe, glisse quelques infos sur l’avancement du chantier sur sa page Facebook – qui, avec plus de 428 000 fans établit l’un des records du genre. Par comparaison Cyril Lignac est loin derrière avec 337 000, Joël Robuchon, son futur concurrent dans la capitale d’Aquitaine, à 213000, et seul Alain Ducasse fait presque aussi bien avec 425 000 -, Philippe Etchebest sera prêt à ouvrir sa table du Grand Théâtre de Bordeaux en septembre. Ce sera à la fois une brasserie, pour respecter le contrat de départ, ce qui ne l’empêchera pas de guigner les étoiles. Juste en face, Gordon Ramsay sera présent au Grand Hôtel, mais pas en personne. Avec un chef israélien de qualité, Gilad Peled, qui a notamment oeuvré à la Source des Alpes, à Loèche-les-Bains, en Suisse, et un objectif multi-étoilé.

web-024612823.jpg

Gilad Peled © DR

Alain Ducasse ouvre à Vegas

Alain Ducasse © Maurice Rougemont

Alain Ducasse © Maurice Rougemont

Il ouvre cet automne à Las Vegas le restaurant Rivea, au 64ème étage de l’hôtel Delano, selon une formule déjà bien rodée au Byblos de Saint-Tropez et à Londres à l’Hôtel Bulgari. Alain Ducasse, qui continue l’extension de son empire, mise cette fois, à plein, sur  les saveurs de la Riviera. Le bon disciple Bruno Riou a pour mission de mettre en place une carte inspirée de la richesse des marchés de Provence et d’Italie. Reste que rien de sera importé et que tous les plats réalisés avec des produits simples et frais issus de la Côte Ouest des Etats-Unis, au meilleur de la saison.  Le décor, lui, sera signé du duo favori de Ducasse 1er, Sanjit Maku et Patrick Jouin, dans les tons bleus et blancs. La vue sera à couper le souffle…

Bruno Riou © DR

Bruno Riou © DR

 Cry d’Er à Crans: et de 7 pour Luc Reversade!

Luc Reversade © GP

Luc Reversade © GP

Ce Charentais rallié aux Alpes depuis 40 ans est devenu le monsieur 100 000 volts de la restauration de montagne. Le voilà qu’après avoir multiplié ses « Folie Douce » de Val d’Isère, la toute première face à la Daille, mais aussi à Courchevel-Méribel, avec le groupe les Airelles, à Megève-Saint-Gervais, Val Thorens et l’Alpe d’Huez, il s’est installé tout l’été sur la plage du Majestic. Sa Folie Douce, ouverte de 18h à 1h du matin, joue la gourmandise soignée sous l’égide de Franck Mischler, puis le « clubbing » en folie jusque très tard. La nouveauté, mais ce sera pour l’année prochaine: le lutin Luc franchit la frontière côté Suisse et s’apprête à créer, à Cry d’Er, juste au dessus de Crans Montana en Valais, face au Mont Blanc et au Cervin, le septième élément de ses selfs gourmands, retour là au coeur des pistes. A 2257 mètres d’altitude, juste à côté du téléphérique qui laisse le skieur et le marcheur près du lac du Rawyl et du site de Chetzeron, il continuera de promouvoir une restauration festive de qualité. Mais attention, les travaux viennent juste de commencer. Sa neuve Folie Douce ouvrira pour l’hiver 2016/2017.

La Folie Douce à Cannes © DR

La Folie Douce à Cannes © DR

Jean-Paul Arabian, l’Italien

Jean-Paul Arabian © Maurice Rougemont

Jean-Paul Arabian © Maurice Rougemont

Ceux qui prenait Jean-Paul Arabian pour un arménien pur sucre en seront pour leurs frais. L’aubergiste le plus têtu de Paris, qui ouvre tout l’été son Caméléon de la rue de Chevreuse (sauf la semaine du 15 août) et a réussi, enfin, à implanter une terrasse de qualité, se livre à sa passion: l’Italie en saveurs exquises. Méditerranéen avant tout, le gars Jean-Paul, qui fut élu, dans sa tendre enfance, « plus beau bébé de Cannes » (non , ce n’est pas une blague), a invité un grand chef italien de ses amis (mais qui ne veut pas dire son nom) à s’exprimer le temps les deux premières semaines d’août. Pour ces dîners d’exception, comme à Venise, Rome ou Florence, réservation dès maintenant au 01 43 27 43 27.

La nouvelle terrasse © DR
La nouvelle terrasse © DR

Christophe Michalak ouvre dans le Marais

Christophe Michalak © DR

Christophe Michalak © DR

Beau gosse de la pâtisserie contemporaine, pâtissier « officiel » du Plaza-Athénée, mais très indépendant, médiatique et télévisuel (il est l’un des participants fondateurs de l’émission « qui sera le prochain grand pâtissier?« ), Christophe Michalak, qui disposait d’une école façon atelier de pâtisserie rue du Faubourg Poissonnière dans le 10e, se dispersait un tantinet. Le voilà qui ouvre enfin sa première pâtisserie à son nom dans le Marais. Ce sera en septembre, au 16 rue de la Verrerie, de 10h à 19h (la maison sera ouverte le dimanche, mais fermée lundi et mardi). On y retrouvera quelques unes de ses spécialités fétiches comme la religieuse au caramel. Son homme de confiance sera Tristan Rousselot, 23 ans, venu du Diane au Fouquet’s Barrière, finaliste l’an passé de « qui sera le prochain grand pâtissier?« , qui oeuvrera conjointement avec Ophélie Bares, chef exécutive de ses deux espaces sucrés.

Tristan Rousselot © DR

Tristan Rousselot © DR

Les Girardin bouleversent Colmar

Eric et Marylin Girardin © GP

Eric et Marylin Girardin © GP

Ils sont les outsiders de charme de la ville d’Hansi, à deux pas du musée Unterliden (qui rouvre ses portes l’hiver prochain), ils ont repris la Maison des Têtes, à la fois maison historique (de 1609), hôtel de charme, auberge classée qui fut étoilée dans les années 1970-1980 sous le sceau de M. Edel, et fait auberge depuis 1898. Marylin et Eric Girardin, qui ont débuté leurs carrières comme sommeliers (lui au Bateau Ivre de Courchevel, elle au Cheval Blanc) sont devenus restaurateurs étoilés de charme près de la Cathédrale de Strasbourg, lui en cuisine, elle en salle, à l’enseigne de la Casserole, puis à leur nom. A Colmar, à la Maison des Têtes, ils ont ouvert discrètement ce qu’ils nomment une brasserie gourmande cumulant les mets de terroir (choucroute aux huit garniture, magnifique biscuit soufflé de brochet, sandre à la choucroute) et les plats canailles revisités (poireaux façon mimosa, croustillants de pied de cochon, rognon entier, joue de boeuf fondante). Leur table gastro? Ce sera pour février prochain dans une salle claire, zen, ultra contemporaine. On en reparle très vite.

Biscuit soufflé de brochet © GP

Biscuit soufflé de brochet © GP

Les chuchotis du lundi: Etchebest presque prêt, Ducasse à Végas, Reversade à Crans, Arabian l’italien, Michalak dans le Marais, les Girardin à Colmar” : 1 avis

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !