5

Grand Cœur

« Paris 4e: Mauro et Julien vont en bateau »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 27 mai 2015
Julien Fouin et les deux chefs © GP

Julien Fouin et les deux chefs © GP

C’est la bonne nouvelle parisienne de la semaine, dont on se chuchote l’adresse en catimini: une vaste salle empierrée avec quelques miroirs, à fond de cour, toute voisine du Café de la Gare, avec son immense terrasse recouverte d’une toile qui fera un « spot » d’été parfait. Aux commandes du lieu: Julien Fouin, journaliste fondateur de Régal en rupture de magazine, qui a créé Glou et Jaja, associé à Mauro Colagreco, le deux étoiles franco-italo-argentin du Mirazur à Menton.

Sucrine et langue © GP

Sucrine et langue © GP

L’alliance de ces deux drôles de zèbres de talent est détonante. L’objet n’est pas de produire des plats géniaux, ni la énième table créatrice du moment, mais de jouer la brasserie gourmande de bon aloi. Le midi, avec un menu-carte à 30 € et une formule à 23 €,  on s’en tire à bon compte. Le soir, avec des vins au verre de qualité (saumur champigny les Roches Neuves de Thierry Germain, le sauvignon de Saint-Bris du domaine Bersan, joli saint-chinian la Madura) ou plus haut de gamme et des entrées entre 11 et 19 €, des mets entre 21 et 45 €, des desserts entre 10 et 14 €, cela peut monter beaucoup plus haut.

Petits pois et palourdes © GP

Petits pois et palourdes © GP

Mais, à condition de ne pas taper dans les grands flacons, on mange ici du Colagreco en version modeste à prix de raison. Un duo italo-brésilien en cuisine, formé chez Mauro, mène assez joliment la danse. Le ragoût de petits pois aux palourdes, basilic, zestes de citron, la salade de sucrine et langue de veau (roulée, cette dernière, avec sa fine sauce mimosa aux câpres n’est pas mal, quoiqu’on n’est pas bien sûr de l’intérêt de marier ces deux  ingrédients opposés entre le mou et le croquant), les grosses asperges rôties et crémées avec son « orsotto » – sorte de risotto d’orge perlée, pas mal, quoiqu’un peu riche – ont de la patte, voire du caractère.

Soupe de poisson © GP

Soupe de poisson © GP

On aime bien aussi la soupe de poissons de roche (même un peu aqueuse et fade, que relève à point sa rouille épicée, additionnée de pain toasté) avec lotte, rouget, rascasse, palourdes, calamars, et on lorgne avec envie sur le gros tartare de bœuf d’Aubrac du voisin, servi avec ses grosses frites largement taillées façon Pont Neuf. Un bon point au service: vif, précis, rapide, qui, manifestement, connaît son métier. Et aux desserts pleins d’esprit.

Asperges et "orsotto" © GP

Asperges et « orsotto » © GP

On termine ainsi sur l’exquise mousse au chocolat avec caramel au beurre salé, chantilly et brioche, à retomber en enfance. Sans omettre un exquis café ristretto venu chez Café Coutume. Bref, du bon, du Mauro en mode mineur, mais qui va très vite faire un succès mode…

Mousse chocolat, caramel © GP

Mousse chocolat, caramel © GP

Grand Cœur

41 rue du Temple
Paris 4e
Tél. 01 58 28 18 90
Menus : 23 (formule, déj.), 30 (déj.) €
Carte : 55-75 €
Fermeture hebdo. : Ouvert tous les jours
Métro(s) proche(s) : Hôtel de Ville
Site: www.grandcoeur.paris

A propos de cet article

Publié le 27 mai 2015 par

Grand Cœur” : 5 avis

  • Jouannin

    Si l’entrée et le plat nous ont plu, il n’en est pas du tout de même du dessert qui nous a presque fait regretter d’être venus pour la première fois dans cet établissement. Un esquimau sans bâton posé sur un fond croquant, couvert d’un crumble inidentifiable et dégoulinant de caramel directement sorti de sa bouteille plastique. Le prix de 13 euros pour ce dessert nous avait vraiment fait espérer mieux. Notre déception a été signalée au responsable du restaurant qui n’a même pas fait le geste commercial d’offrir le café.

  • Catherine L.

    Je me suis vraiment régalée avec une tarte aux cèpes assez merveilleuse. Je n’en dirais pas autant du carpaccio de poulpe plutôt tentant malgré l’accompagnement de radis (?) annoncé mais pire, une sauce qui ressemblait à s’y méprendre à une vulgaire vinaigrette de supermarché… La tarte aux figues, très bien aussi. Sur les 3 convives que nous étions, chacun a été à la fois enthousiaste et déçu. On dira donc que ce fut inégal.Malgré l’accueil sympathique et empressé, lieu un tantinet prétentieux… .bruyant aussi. Les tables serrées à vous étouffer, on plaint les serveurs.. La terrasse aux beaux jours sera sans doute plus agréable.

  • S bouchara

    Petite Pique pour Grand Cœur !!
    Soirée en demi-teinte ! Personnel agréable et accueil sympathique …. En revanche, après de l’attente (rien de bien grave), le mets tant attendu ne tient pas ses promesses … Mais alors pas du tout … Un saint pierre caoutchouteux à tel point que je n’ai pu le terminer … A noter cependant un bon accompagnement … C’est vrai que j’aurais sans doute dû le signaler et je le regrette car un incident de parcours peut arriver. Le plat de mon conjoint était correct mais là aussi déception … Nous sommes très attentifs aux commentaires de Mr Pudlowski donc ça ne devait pas être le bon soir ! A retenter ??!! … A voir …

  • Kennedy

    a éviter absolument sauf si vous avez trois heures à perdre et peu faim. Ne vous avisez pas de demander du sel et du poivre vous insultez l assaisonnement- inexistant. Deux heures pour deux entrées pas fameuses prétentieuses. Rien ne vaut le détour mieux vaut passer son chemin et ne pas s arrêter au 41.

  • SDa

    C’était un lieu convivial et chaleureux où nous aimions trainer pendant que les enfants faisaient de la danse ou jouaient dans la cour, ou nous revenions le soir entre amis. Depuis le centre danse du marais est envahi par les polo Ralph Lauren qui viennent y déguster une cuisine arrogante, à la mesure de la décor vulgaire et parvenu … Pitoyable …

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

Grand Cœur