La Grande Cascade

« Paris 16e: éternelle Grande Cascade »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 11 avril 2015
La façade © GP

La façade © GP

Une table pour ce week-end: à la fois chic, savoureuse et au vert? La Grande Cascade, évidemment. Le grand service policé, conduit avec maestria par Pierre Ouardès, les volutes, les courbes, les armatures chantournées de ce pavillon Second Empire au charme impavide, l’écrin de verdure du Bois de Boulogne et le public à l’unisson, chic, seizième, sans ostentation, avec les familles réjouies, les dames élégantes, les messieurs cravatés: voilà qui plaît ici même, défiant les modes avec superbe.

Le service © GP

Le service © GP

Le lieu a une histoire, il a su garder son âme. Et la carte est à son image. Signée Frédéric Robert, qui travailla avec Claude Peyrot au Vivarois et Alain Senderens chez Lucas-Carton, elle est classique avec chic, moderne avec un sens évident de la tradition. Ce qui vous attend là? Du bon, du frais, de l’éprouvé.

Marjolaine de saumon fumé © GP

Marjolaine de saumon fumé © GP

Le menu du marché (à 79 €) est la bonne affaire du lieu, changeant au fil des idées du moment, s’accompagnant au besoin de jolis vins au verre, et jouant la création sans prise de tête. Ainsi la marjolaine de saumon fumé avec radis noir, coleslaw, huile d’olive à l’aneth ou foie gras de canard et artichaut au lait d’amande glacé au vinaigre balsamique, le rouget doré à plat aux olives taggiasche avec fleurs de courgettes et fèves au goût anisé ou encore le quasi de veau en cocotte avec petits pois, morilles, oignons fanes et émulsion au vin jaune, avant le croustillant praliné avec son crémeux lactés à l’orange.

Rouget à plat © GP

Rouget à plat © GP

Si ce menu (servi midi et soir) fait évidemment florès, la grande carte est riche de jolis mets signatures: le tourteau au naturel avec sa fine gelée iodée, chou fleur et caviar ou les macaroni à la truffe noire, foie gras et céleri, gratinés au parmesan – que mit jadis à la mode ici même le maestro Nomicos -, sans oublier le bar cuit sur la peau avec sa textures d’artichauts, son citron bergamote, son poivre sauvage ou encore le bel agneau lozérien avec son carré frotté au piment d’Espelette, son épaule en pastilla, ses aubergines Riviera.

Carré et épaule d'agneau © GP

Carré et épaule d’agneau © GP

Pour un peu, on se croirait transporté à Monaco et on imagine le Bois de Boulogne non loin de la Grande Bleue. ce qui ne démentent peas les jolis desserts coups de soleil: ananas à l’hibiscus, tout chocolat en texture et sorbet cacao, vanille de Tahiti en mille-feuille avec son caramel au beurré salé ou tarte citron revue au yuzu. Bref, voilà une table d’évasion gourmande à redécouvrir d’un oeil neuf.

Croustillant praliné © GP

Croustillant praliné © GP

La Grande Cascade

allée de Longchamp, bois de Boulogne
Paris 16e
Tél. 01 45 27 33 51
Menus : 79, 99 (vin c.), 139, 192, 266 (vin c.) €
Carte : 220-250 €
Horaires : 12h30-13h30, 19h30-21h30
Fermeture hebdo. : Ouvert tous les jours
Site: www.restaurantsparisiens.com/restaurant-la-grande-cascade

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

La Grande Cascade