2

La Braisière

« Chez Faussat, comme en province (Paris 17e) »

Un article plus récent sur le même sujet est disponible sur notre site, vous pouvez le retrouver en cliquant ici

Article du 16 novembre 2010

Jacques Faussat © GP

Il s’appelle Jacques Faussat, est natif du Gers, fut dix ans l’adjoint de Dutournier au Trou Gascon après avoir fait ses classes chez Guérard, s’est installé depuis cinq ans avec sa rayonnante épouse Elizabeth dans un cadre étriqué, dont il a fait un lieu affable. Curnonsky aurait parlé d’une « petite boîte« . Ajoutant: « je ne suis pas venu manger les rideaux« .

Velouté de potiron et poule faisane au citron © GP

On se croirait là à Poitiers, Agen ou Dax. Bref: quelque part en province. Il y a des habitués qui rient, d’autres qui se concentrent sur leurs assiette, des Japonais heureux (la maison possède une étoile), des écrivains en goguette (Gonzague Saint Bris est là en voisin). On aime l’accueil parfait de naturel et de gentillesse, le service prompt, les vins bien vus, la carte régionale et saisonnière.

Saint-Jacques marinées à l'huile truffée © GP

En ce moment, c’est la fête du gibier. L’amuse gueule est bien dans l’air du temps, mais sur fonds classique: un velouté de potiron à la poule faisane et au citron. Le gâteau landais au foie gras de canard et pommes de terre, comme jadis chez José Lampréia en sa première Maison Blanche, joliment savoureux et cependant léger, les saint jacques marinées à l’huile truffée, le lièvre à la royale (« à l’ancienne »), comme le perdreau croustillant au foie gras et au choux, façon pastilla sont des moments de bonheur.

Lièvre à la royale © GP

On boit là un domaine du Chevalier 2006 qui coule en bouche comme du velours. Et on garde une place pour les desserts d’une belle rigueur classique: soufflé chaud aux poires, tarte mirliton aux pommes ou tourtière légère du pays gascon aux pruneaux avec sa glace à la vanille de Madagascar, sans omettre d’insister  sur le joli menu du déjeuner à 38 €. Un détail, il y a là  « une voiturière » (de charme) qui gare votre véhicule. Dans le quartier, c’est rare et précieux.

Jacques Faussat et sa voiturière © GP

La Braisière

54, rue Cardinet
Paris 17e
Tél. 01 47 63 40 37
Menus : 38 €
Carte : 50-75 €
Horaires : Jusqu'à 23h
Fermeture hebdo. : Samedi midi, dimanche
Fermeture annuelle : Jours fériés, août
Métro(s) proche(s) : Malesherbes

A propos de cet article

Publié le 16 novembre 2010 par

La Braisière” : 2 avis

  • DEOM

    restaurant découvert tout à fait par hasard, mais ne regrettons absolument pas
    de l’accueil à la dégustation de ces plats raffinés avec toute leurs saveurs sans oublié le service et les conseils de madame pour l’accompagnement des vins
    Il est tout à fait vrai que beaucoup de restaurateurs devraient prendre des leçonssur le rapport qualité prix
    Merci encore pour cette soirée pleines de saveurs

  • RAMBLA Carlos

    Quel bonheur de diner chez Braisière, du voiturier à l’armagnac, impossible de trouver une critique pouvant attester que ce restaurant n’est pas à la hauteur de sa réputation : une étoile michelin ! et je dirais même plus car voilà trois fois en un mois que j’y dine avec des amis qui m’ont félicité pour mon choix.J’ai eu l’occasion de gouter un certain nombre de plats et chacun est une découverte de cuisson,d’assortiments d’aliments et de saveurs ainsi que d’arômes. La fraicheur des matières est exemplaire et l’éventail et la qualité des vins est digne d’un grand établissement. Cerise sur le gâteau : l’addition comparée à ses homologues est tout aussi exemplaire que la saveur de la cuisine…certains devraient avoir honte de facturer si cher une cuisine si fade !

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !

La Braisière