2

Les chuchotis du lundi: Fabius aime les grands chefs, Pinault choisit le Squer, Arnault préfère Nomicos

Article du 3 novembre 2014

Laurent Fabius aime les grands chefs

Laurent Fabius au dîner des Grandes Tables du Monde © GP

Laurent Fabius au dîner des Grandes Tables du Monde © GP

De tous les ministres du gouvernement actuel, il est le seul à s’afficher sans complexe avec les grands chefs. Laurent Fabius, qui fut le parrain du dîner de clôture du dernier congrès des Grandes Tables du Monde à la Chambre de Commerce de Paris, accueillera, chez lui, au Quai d’Orsay, le guide Michelin pour sa sortie officielle de la neuve édition France de ce dernier, le 2 février 2015. Parmi les attributions du ministre des affaires étrangères, ministre d’Etat, au sommet de la hiérarchie, juste après le premier ministre Manuel Valls, le développement du commerce international a été mis au programme. Et les artisans de la grande cuisine en sont les hérauts conquérants. C’est nouveau dans le contexte actuel.

Le bistrot des Piège

JF Piège © Maurice Rougemont

JF Piège © Maurice Rougemont

Du neuf à St Germain des Près: Jean-François Piège et son épouse Elodie Tavarès, qui fut la chargée de communication du Crillon, s’apprêtent à ouvrir un bistrot de quartier sur lequel plane encore le mystère. En tout cas, il sera, promet-il, très différent, dans la cuisine comme dans l’esprit, de ce que propose Thoumieux rue St Dominique (pour lequel Jean-François Piège est associé pour moitié à Thierry Costes). Trop tôt encore pour donner le nom et l’adresse. Mais, qu’on se rassure, ce sera du 100% Piège… en version modeste.

Philippe Mille reste aux Crayères

Philippe Mille et son équipe © Maurice Rougemont

Philippe Mille et son équipe © Maurice Rougemont

On lui prête toutes sortes d’aventures à Paris, notamment au Ritz ou chez Lasserre. Reste que Philippe Mille, MOF 2011, ex doublure de Yannick Alléno au Meurice et présentement deux étoiles aux Crayères de Reims (entre nous soit dit, il en vaut trois), ne compte pas changer de maison. Certains le voyaient déjà s’envoler pour d’autres aventures, surtout depuis que son concurrent de Tinqueux, Arnaud Lallement a accédé à l’échelon suprême. Mais il n’en démord pas: « je suis tout à fait bien à Reims et aux Crayères, avec les moyens de s’exprimer à ma mesure« . Qu’on se le dise!

François Pinault choisit le Squer

Christian Le Squer au V © GP

Christian Le Squer au V © GP

On sait que l’entrepreneur breton François Pinault, grand amateur d’art et propriétaire de Château Latour, adore la haute cuisine et les grands chefs. Parmi ses préférés figurent Yannick Alléno, qui cuisina souvent chez lui,  son compatriote breton Alain Passard, qui parraina son exposition de Dinard sur l’art et la table, « le Festin de l’Art », et, bien sûr, Pierre Gagnaire qui organisa le (somptueux) repas d’inauguration de sa fondation artistique, au Palazzo Grassi à Venise. Le 28 octobre dernier, au premier déjeuner de la nouvelle carte de Christian Le Squer, son compatriote breton côté Morbihan, François Pinault était à l’heure et en tête, à la première table, celle de droite après l’entrée. D’autres Bretons, de la politique, des affaires (Loïc Hénaff du pâté du même nom) étaient également au rendez-vous. On notera qu’Eric Beaumard, le directeur de salle est natif de Fougères (Ile et Vilaine), que le sommelier Thierry Hamon lui est originaire des Côtes d’Armor. Bref, on comprend que Pinault soit chez lui au V, comme un poisson dans l’eau…

Bernard Arnault préfère Nomicos

Jean-Louis Nomicos entre son chef et son pâtissier © GP

Jean-Louis Nomicos entre son chef et son pâtissier © GP

Cela fait partie des mystères de Paris et du flou entourant les grands de ce monde. On pensait, en effet, que Yannick Alléno était le chef attitré de Bernard Arnault – il l’est notamment au Cheval Blanc de Courchevel, dont on murmure qu’il pourrait obtenir trois étoiles en février prochain. C’est pourtant Jean-Louis Nomicos, dont la table voisine, les Tablettes, sise avenue Bugeaud (JLN, qui fut le chef deux étoiles de Lasserre, les vaut également à son compte) qui tient les fourneaux de la Fondation Vuitton. Il a remporté l’appel d’offres ayant abouti à la table dite le Frank en hommage à Frank Ghery, le génial architecte de la Fondation. En fait d’appel d’offres, personne ne sait qui était en concurrence avec Jean-Louis Nomicos. Il se dit que le choix de Bernard Arnault fut de se diriger vers un chef plus discret, mais néanmoins talentueux et… disponible…

Emmanuel Renaut chasse le whisky à Paris

Emmanuel Renaut © DR

Emmanuel Renaut © DR

Il est le trois étoiles montagnar à la fois flamboyant et enraciné des hauts de Rochebrune à Megève. Emmanuel Renaut qui raffole de la cuisine du gibier sera à Paris, au Polo de Bagatelle, sous le sceau du Aberlour Hunting Club, restaurant éphémère destiné à promouvoir autour de la chasse les accords mets/whisky. Emmanuel jouera donc le gibier de montagne sous toutes ses formes (notamment avec une fameuse tourte de chamois et un chevreuil sauce Grand Veneur) dans le cadre d’un menu dédié au bois, se mariant avec différentes cuvées de Single Malt Aberlour vieillis en fûts de xérès (que les Anglais nomment sherry) et bourbon. Trois repas donc et beaucoup d’accords aux fragrances d’épices et de fruits confits en perspective…

Aberlour Hunting Club © DR

Aberlour Hunting Club © DR

 Akrame, étoilé à Hong-Kong

Akrame Benallal avec Michael Ellis © GP

Akrame Benallal avec Michael Ellis © GP

Il est, on le sait, l’un des chouchous du  Michelin. Tout neuf deux étoiles cette année à Paris, rue Lauriston, Akrame Bennallal, qui a ouvert deux « Ateliers Vivanda », l’un en face de sa maison mère, l’autre rue du Cherche Midi, plus Brut, un bar à fromage, dans sa rue de prédilection, vient de recevoir sa première étoile au Michelin Hong-Kong/Macao, pour sa première table hors de France, et ce après quelques mois d’ouverture seulement. Mais le recordman du guide reste Joël Robuchon qui obtient 6 étoiles: 3 à Hong Kong dans son Atelier du Mandarin Landmark et 3 à Macao au Dôme. Chapeau, l’artiste!

71FJ1-GpDVL

A propos de cet article

Publié le 3 novembre 2014 par

Les chuchotis du lundi: Fabius aime les grands chefs, Pinault choisit le Squer, Arnault préfère Nomicos” : 2 avis

  • Et toujours pas de nouvelles d’Eric Briffard…

  • michel szer

    pas grand monde au quick de rosny!

Et vous, qu'en avez-vous pensé ? Donnez-nous votre avis !